Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 14:14

Mes cheveux volent librement
Tandis que j’erre simplement
Au milieu d’une forêt déserte,
À la fois pure et inerte.

 

Alors je sens la chlorophylle,
Loin des puanteurs de la ville
Et j’écoute le chant des moineaux,
Des pics-verts et des passereaux.

 

Je ferme doucement les yeux
Pour pouvoir profiter au mieux
De ces merveilles de la nature
Qui nous manqueront dans le futur.

 

Aussi, pour ne pas y penser
Comme pour ne pas l’oublier,
Je lance mon cheval au galop
Et écoute le bruit des sabots

 

Qui rythme notre chevauchée
Dans une course effrénée
Et, dans cette atmosphère saine,
J’oublie la pollution urbaine.

 

 

 

Ce poème est tiré du blog de la romancière Adeline Neetesonne (avec son autorisation) : link

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serena
commenter cet article

commentaires

Recherche